CGT-Gilets jaunes : convergence de courte durée

Gilet jaune ? Gilet rouge ? Une colère légitime », pouvait-on lire samedi après-midi sur les tracts distribués par les militants de la CGT appelés à se rassembler à 14 h place de la Bourse pour une manifestation dans les rues de Strasbourg.

Principales revendications : l’augmentation du SMIC à 1 800 euros et « un meilleur partage des richesses. Il est temps d’agir pour redistribuer les richesses à ceux qui ont en vraiment besoin pour vivre », a insisté Jacky Wagner, secrétaire général de la CGT du Bas-Rhin. Un constat partagé par les gilets jaunes, qui manifestaient depuis le matin à Strasbourg et ont en partie rejoint en début d’après-midi la manifestation de la CGT aux cris de « tous ensemble ».

 

Une union saluée par la CGT qui a laissé de bonne grâce les gilets jaunes prendre la tête du cortège. « Nous sommes tous réunis pour dire non à la politique des riches. Ensemble, dans le respect des uns et des autres », a insisté la CGT.

Cette convergence aura cependant été de courte durée. Les deux groupes se sont séparés au niveau de la rue des Bouchers, après 200 mètres arpentés ensemble : la CGT est restée fidèle au tracé de manifestation déposé à la préfecture alors que les gilets jaunes ont préféré une certaine improvisation, certains parvenant à pénétrer le marché de Noël.

L’épisode, un peu chaotique, a le mérite d’illustrer la différence de mode d’action : syndicat organisé contre mouvement spontané sans leader déclaré. « Il y a des revendications identiques », analyse Jacky Wagner, mais « pour bloquer l’économie c’est dans les entreprises que cela se fait. »

Commentaires (0)

Pas d\'identifiant