L'opposant à Vladimir Poutine Alexei Navalny de retour en prison

Le principal opposant russe Alexeï Navalny a été condamné mardi à 30 jours de détention pour avoir organisé une manifestation non-autorisée et dispersée manu militari deux jours avant l’investiture de Vladimir Poutine.

M. Navalny "est reconnu coupable en vertu de l’article 20.2 (sur l’organisation de manifestation non-autorisées) et condamné à 30 jours de rétention administrative", a indiqué le juge Dmitri Gordeïev, après environ cinq heures d’audience.

L’opposant, dont le procès a débuté le 8 mai avant d’être reporté d’une semaine, devait être en outre jugé mardi pour avoir "désobéi aux forces de l’ordre".

Coutumier des procès, M. Navalny, 41 ans, a multiplié ces derniers mois les manifestations pour faire pression sur le Kremlin, après avoir été déclaré inéligible à l’élection présidentielle du 18 mars, remportée sans surprise par Vladimir Poutine.

Sous le mot d’ordre "Il n’est pas notre tsar", l’opposant avait appelé le 5 mai dernier ses partisans à sortir dans les rues et des milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes du pays.

Alexeï Navalny avait été interpellé à Moscou lors d’une manifestation émaillée de heurts entre ses partisans et des personnes en treillis qui scandaient des slogans pro-Kremlin. La police avait dispersé le rassemblement en employant la force.

Ce procès intervient huit jours après l’investiture de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie pour un quatrième mandat allant jusqu’en 2024, un quart de siècle après son arrivée au pouvoir.

La dernière interpellation d’Alexeï Navalny remonte à fin février, après une manifestation similaire en janvier, qui n’avait été sanctionnée par aucune condamnation.

En octobre, l’opposant avait été condamné à 20 jours de détention pour appels à des manifestations non autorisées.

Commentaires (0)

Pas d\'identifiant